Synopsis :
Dimitri, SDF, habite dans les garages avec Bruno. Tous les jours, ils vont ensemble gagner de l’argent par diverses arnaques dans la gare de Schaerbeek. Un ami de Dimitri, un ancien SDF, lui propose de reprendre son appartement pour l’hiver. Mais Dimitri arrivera-t-il à réunir l’argent de la garantie locative ?


 

Titre original :    « Gare à toi ! »

Titre anglais :    «  A fall outside »

Réalisateur : Nicolas Deru

Prix et distinctions :

  • Primé par la chaîne nationale RTBF « La Deux » ( mai 2006)
  • Prix du meilleur film de fin d’étude francophone au Festival « Het grote ongeduld » (2006)
  • Le Prix spécial du Jury au Festival de court métrage de Fontainebleau (oct. 2005)
  • Le grand prix national à Huy au “Le Festival International des écoles de Cinéma”. prix CLAP-Liège (2006)
  • Le prix de l’interprétation masculin au 19ème Festival International de Palavas les Flots à l’acteur Paul-Marie Manin

 

Sélectionné :

  • Au Festival Cinéma nouvelle génération à Lion (France)
  • Au Festival de Venise Circuito-off (Italie)
  • Le 14e Festival International Train Métro et Cinéma “Cinérail” (France)

 

Film Gare à toi !

Date de production :    18/06/05
Genre :     Fiction, Couleur
Copie :     Beta digit, Beta SP, DVD, DVCam         ( PAL )
Format :    16/9
Durée :     19’45’’
Version originale :         Français
Sous-titres disponible :          Anglais, Néerlandais, Espagnol, Allemand

Synopsis :        FR :

Dimitri, SDF, habite dans les garages avec Bruno. Tous les jours, ils vont ensemble gagner de l’argent par diverses arnaques dans la gare de Schaerbeek. Un ami de Dimitri, un ancien SDF, lui propose de reprendre son appartement pour l’hiver. Mais Dimitri arrivera-t-il à réunir l’argent de la garantie locative ?

EN :

Dimitri, homeless, lives in the garages with Bruno. Everyday, they earn money together by different swindles in the Schaerbeek station. A friend, an ex-homeless, proposes to Dimitri a flat for the winter. But will Dimitri succeed to gather the rental guarantee’s money ?


Fiche artistique :
Nom                                                        Rôle

Paul-Marie Manin dans le rôle de Dimitri
Besnik Limani dans le rôle de Bruno
Dan Sluijzer dans le rôle du caïd
Brahim Waabach dans le rôle de l’équipier du caïd
Luc Longton dans le rôle de Serge
Jean-Louis Froment dans le rôle de François
Véronique Perrault dans le rôle de la proprio
Liliane Debergue dans le rôle de Bobonne

Fiche technique :

Réalisateur : Nicolas Deru
Directeur de production : Michaël Herregat
Scénariste : Nicolas Deru
Chef opérateur : Vivien Autissier
Cadre : Boris Wilmot
Son : Jonathan Vanneste
Montage : Caroline Guillou
Mixage : Jonathan Vanneste
Musique : Laurent Auquier
Maquilleuse : Carol louis
As. Réalisateur : Jérôme Lousse
Chef machinerie : Christophe Anciaux
machino : Guillaume Du Laurent
Chef électro : Perrine Wens
Electro 1 : Charles-Antoine Bera
Electro 2 : Dieudonné Pipers
Ass. Caméra : Corentin Kopp
Perchman : Fabrice Vilain
Scripte : Hélène Karenzo
Régisseur : Mathieu Bréda
Décoration – accessoiriste : Laure Gengoux
Costume : Charlotte Cost
Chef de File : Jacqueline Pluche
Photographe de plateau : Jonas Hamers
Animatrice 2D et Effet spéciaux : Noémie Lemaire
Dessinateur animation 2D : Ulli Deru


Gare à toi ! un film de Nicolas Deru

Dimitri, un SDF qui fait la manche pour survivre avec Bruno, un copain, épargne l’argent  reçu pour s’offrir une chambre, un logis. Fantasme, rêve ? Toujours est-il que les échéances pour obtenir cet eldorado se précisent et font redoubler d’efforts Dimitri dans sa quête pour la survie : passer l’hiver dans un chambre au chaud. La première partie du film dresse un portrait des dérives d’un SDF, en proie à la précarité, à l’angoisse d’un lendemain incertain. Ce premier fil rouge d’un fatum social (vécu comme tel par Bruno contrairement aux espérances de Dimitri) n’est qu’une trame sur lequel se joue une partie plus vaste qui nous montre que la marginalité est le  miroir sans tain des rapports de force sur lesquels fonctionnent notre société. Que dans les marges existe une hiérarchie qui est une caricature de la hiérarchisation de notre société.

On voit surgir dans ce paysage industriel qu’est la gare de Schaerbeek, devenu refuge de marginaux de toutes sortes,  un caïd qui se fait de l’argent sur le dos de ceux-ci. Cela fait penser aux petits réseaux mafieux qui se tissent autour de la prostitution, de la drogue, du vol de voiture ou de ces mendiants qui sont amenés et récupérés tous les soirs dans les bouches du métro et dorment à vingt dans une pièce. Il y a une double violence celle de la société à leur égard et celle des rapports conflictuels entre marginaux qui se disputent le «marché du  travail ». C’est l’une des forces du film ne pas se contenter de raconter l’itinéraire de Dimitri. Lequel n’hésite pas après une brève tentative de sédentarisation à prendre le large, décidément et définitivement irrécupérable. Très belle scène que celle où l’on voit le locataire et la propriétaire s’entendre sur les conditions de reprise de la chambre, pas d’alcool, couvre-feu à 22h30, etc.  Dimitri s’enfuit  par la fenêtre lorsqu’il se rend compte des contraintes qu’il va devoir subir. Un premier film plein de promesses.

Jean-Michel Vlaeminckx

 

Gros Plan du réalisateur Nicolas Deru

Nicolas Deru a réalisé  Gare à toi ! un court métrage produit par les Ateliers de L’INRACI qui passera dans « Tout Court », l’émission de Renaud Gilles, sur la deux/ RTBF le  samedi 7 octobre. « Je n’avais pas la télévision chez moi », précise-t-il d’emblée lorsque nous lui demandons quel est le premier film ayant marqué son enfance. Ah bon, pas de petite lucarne pour le baby-sitting des mômes ? Voilà qui est aussi singulier que son  film que nous venons de découvrir. Plus tard, nous apprendrons qu’il a passé son enfance dans une communauté. Les choses s’éclaircissent.

 

 

 « J’ai dû aller voir un Walt Disney avec ma grand-mère »,  avoue-t-il en se frottant la barbiche, un peu gêné, « mais cela ne m’a jamais fort attiré.  Ce n’est pas lorsque j’étais petit que j’ai pris goût au cinéma, mais beaucoup plus tard ». C’est plutôt vers 16-17 ans que le cinéma le passionne grâce aux courts métrages que diffuse Arte. « Ce sont les courts métrages un peu décalés qui m’ont attiré, avec de belles images et de belles lumières. Je ne pensais pas encore faire du cinéma mais je commençais à m’y intéresser ». Son réalisateur préféré actuellement est Pedro Almodovar et en particulier ses films des années 80. « J’aime bien les thématiques qu’il aborde et j’aime bien la façon dont il dirige les actrices tout comme Wong Kar-Waï. » Après avoir terminé ses études secondaires, il ne sait trop vers où se diriger. La science et l’art l’intéressent. Du coup, avant d’opérer un choix, il part en Allemagne comme éducateur bénévole pour personnes handicapées. « Je me suis rendu compte que je n’avais pas envie de rester coincé dans un bureau comme un biologiste dans un laboratoire. J’ai pensé d’abord à la photo que j’aime beaucoup, puis après au cinéma. Pourquoi pas ? J’ai commencé à réaliser de petits courts métrages avec des copains en Allemagne. Comme je ne savais pas quoi faire dans le cinéma, l’INRACI m’a paru être une bonne école puisqu’on laisse la possibilité, après la première année, de choisir sa direction. Très vite, j’ai choisi la voie de la réalisation. » L’assistanat de réalisation ne l’intéressant pas, il voyage beaucoup et écrit énormément.

Autre embrayeur de cinéma, Nicolas a été pendant six ans le condisciple de Kevin Dardenne (le fils de Luc Dardenne).

« Lorsque le film La Promesse est sorti en salles, toute la classe l’a vu et Luc Dardenne est venu en parler. J’aime le cinéma des frères Dardenne parce qu’il est engagé et social. Dans Gare à toi ! le personnage de Dimitri est inspiré d’un personnage réel, un SDF que j’ai rencontré par hasard dans un vernissage à Molenbeek et qui est venu me parler. Il m’a raconté sa vie, ses désirs, ses peurs. On s’est vu deux fois par semaine pendant deux mois. Il occupait une chambre du CPAS avec le statut de réfugié politique. Il adorait le cinéma et, en particulier, Stanley Kubrick. Je l’ai amené au Nova pour lui montrer des films. Mes examens ont interrompu notre relation et lorsque je suis retourné le voir, j’ai appris qu’il s’était suicidé ! Ça m’a fait un choc et j’ai décidé d’écrire mon film de fin d’études autour de lui. J’ai essayé de montrer le côté humain des SDF qui sont souvent méprisés ». A Propos de Dimitri, Nicolas Deru précise que son désir de prendre une chambre est contradictoire avec son désir de mobilité. « Il est difficile de changer de vie d’un coup et de réintégrer la société ».Le film a été tourné avec une XD-Cam prêtée par Sony. Bien que Nicolas Deru ait souhaité tourner sur pellicule le budget ne l’a pas permis. La XD-Cam permet d’éviter les défauts de compressions inhérents à la plupart des caméras numériques. « Le film s’est fait avec des personnes qui avaient fait leur stage dans des maisons de locations de matériel ou des studios de post-production. Ce qui nous a permis d’obtenir gratuitement du bon matériel ».

Nicolas a touché à la pellicule en réalisant, dans le cadre de l’INRACI, avec une Caméra Bolex, La Porte (1’30”). En seconde année, un court métrage qui s’appelle Judas (5’). Mais il considère que Gare à toi ! est son premier film car il a pu bénéficier d’une totale liberté de s’exprimer. « Le tournage s’est très bien passé et j’ai vraiment pris goût à la réalisation. J’espère continuer. J’écris un scénario sur la façon dont un citoyen peut s’exprimer dans notre société.  C’est un court métrage que j’espère tourner sur pellicule. »

Gare à toi ! a obtenu le prix spécial du jury à Fontainebleau, le prix d’interprétation à Palavas les flots, le prix Het Grote ongeduld (Brussels) et a été primé par la deux/RTBF.

Jean-Michel Vlaeminckx

 

 

Related Projects